Publié par : fbristow | 24 Mar 2009

Les É.U. ne doivent pas signer de contrat avec Hydro-Québec

(ALBANY, 10 mars, 2009)- Alliance Romaine, un OSBL qui s’oppose aux barrages sur la Rivière Romaine, demande à l’État de New York, ainsi qu’aux corporations qui lui sont affiliées, de ne pas entamer de négociations d’approvisionnement avec Hydro-Québec. En ce moment, ni la Renewable Energy Production Incentive (programme fédéral) ni les Energy Portfolio Standards, (initiative des états) ne considèrent que les projets hydroélectriques à grande échelle se conforment aux critères d’énergie verte. Le gouvernement du Québec voit dans l’initiative d’énergie verte du Président Obama une opportunité d’exporter de l’énergie hydroélectrique à grande échelle; toutefois les É.-U. ne devraient pas se laisser leurrer par une logique douteuse alors qu’ils ont déjà pris une décision saine, et qui est basée sur la science.
« La semaine passée, le Bureau des Audiences Publiques en Environnement (BAPE), a diffusé son rapport sur le Projet de la Romaine, lequel a été interprété par certains médias comme étant un feu vert pour détruire la rivière, » explique Mme. Fran Bristow, porte-parole d’Alliance Romaine. « Toutefois, le rapport fait clairement mention de risques écologiques non mesurables, en particulier en ce qui à trait au saumon atlantique, au caribou, et à l’accumulation du mercure ».
Alliance Romaine promeut la conservation d’énergie, une approche qui créera proportionnellement plus d’emplois que les projets hydroélectriques. L’organisme appuierait toute initiative viable visant à consolider l’économie régionale de la Côte Nord qui ne mette pas en péril ses atouts naturels, dont ses rivières.
Alors que le Ministre des Ressources Naturelles du Québec, M. Claude Béchard, affirme que le Québec doit saisir l’opportunité présentée par la politique d’énergie verte d’Obama, les É.-U. verront rapidement l’erreur dans ce raisonnement. L’opportunité n’existe pas, puisque l’énergie hydroélectrique n’est pas verte. Les É.-U. pourront se consacrer à développer des sources d’énergie réellement verte (éolienne, solaire, géothermique, marimotrice), ce qui est le but affiché de la subvention accordée par leur gouvernement aux énergies propres), sans prendre l’hydroélectricité comme étant un « moindre mal », comparée aux centrales au charbon.
« Les États-Unis peuvent jouer un rôle important dans la sauvegarde de la Rivière Romaine, » affirme Mme. Bristow. « Sans contrat d’exportation à long terme entre le Québec et les É-U., la pertinence du projet sera encore plus remise en question. Alliance Romaine compte sur les É.-U. pour maintenir leur décision louable de ne pas considérer l’hydroélectricité à grande échelle comme étant une source d’énergie propre, et pour ne pas encourager Hydro-Québec à produire de l’électricité qui dépasse de loin ses besoins actuels et à venir. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :