Mouvements dans le monde

Dans le monde, plus de 80 millions de personnes dans de nombreux pays se sont vu déplacer suite à la construction de barrages. Ces projets hydro-électriques inondent de vastes étendues de territoire, privant des agriculteurs ainsi que des chasseurs et des pêcheurs de leurs moyens de subsistance. Le plus souvent, ces barrages sont promus par des gouvernements centraux sans que les communautés touchées aient un droit de véto. L’électricité qui est produite est destinée généralement aux grandes industries plutôt qu’aux populations locales.

Alliance Romaine est solidaire de la lutte des laissés-pour-compte de ce soi-disant développement, et nous ne pouvons nous empêcher de saisir certains parallèles avec la situation que nous vivons au Québec. Les prix bas auxquels notre électricité est vendue aux alumineries de la Côte-Nord, par exemple, équivalent à une subvention à celles-ci. Ces prix, qui sont loin en deça des tarifs résidentiels, encouragent l’inefficacité énergétique de la part des entreprises et représentent une perte d’argent pour le gouvernement québécois.

Alliance Romaine prend acte des nombreux mouvements de résistance par lesquels des citoyens d’un peu partout défendent leurs droits face aux sociétés hydro-électriques.

En Turquie,  des paysans d’Anatolie, accompagnés de leurs troupeaux entament une marche de plusieurs centaines de kilomètres avec pour but d’aboutir en juin, à Ankara, la capitale, avant les élections présidentielles. Ils se mobilisent pour contester l’inondation de leurs champs par des barrages. Cet article sorti le 29 mai dans le Manchester Guardian (cliquez pour lire) fait le bilan de la situation.

En Inde, environ trente millions de paysans parmi les plus pauvres ont été chassés de leurs villages par des projets hydro-électriques devant subvenir aux besoins d’une économie nationale en pleine croissance. Des paysans déplacés représentent la principale source de  recrutement pour la rébellion armée naxalite (maoïste) présente surtout dans les états, comme le Madhya Pradesh et le Bengal-Ouest, où l’on voit une construction rapide de barrages.

Au Brésil, un juge fédéral a ordonné, le 25 février, l’arrêt de construction sur le projet hydro-électrique de Belo Monte, en Amazonie, suite à des actions juridiques menées par des groupes de défense de l’environnement et des autochtones. Cette décision a été malheureusement renversée par une autre cour le 3 mars dernier. (Cela nous rappelle-t-il le sort d’un jugement rendu en 1973 par un certain Juge Malouf, relatif  à la Baie-James, au Québec?!) Vous pouvez en lire plus sur le cas brésilien sur le site du Movimento dos Atingidos por Barragens (Mouvement des personnes affectées par des barrages- portugais) en cliquant ici.

Alliance Romaine continuera de s’informer et de s’inspirer de ces luttes d’ailleurs pour nous permettre de tailler une stratégie qui soit adaptée à la situation au Québec.

Voir aussi la page Chercher le Courant, qui donne un portrait de l’excellent documentaire, sorti en 2010, qui traite du sort de la rivière Romaine et de la politique énergétique au Québec.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :