Publié par : rosemary | 5 Oct 2009

MONTREAL JUSTE UN DEBUT

Eby Heller, courant à travers le centre-ville, suivie par un cortège de support multi-roues

Eby Heller, courant à travers le centre-ville, suivie par un cortège de support multi-roues

(Le 2 octobre 2009) La course de l’athlète Eby Heller sur le petit pont traversant la rivière des Prairies et son entrée sur l’île de Montréal lundi matin dernier entreront dans l’histoire environnementale. Après plusieurs semaines enfiévrées de planification et 19 jours sur le terrain, le marathon « Courons pour nos rivières » est finalement à mi-chemin, ayant porté un message d’amour et d’hommage aux rivières sauvages du Québec depuis les abords du territoire Cree, à Matagami jusqu’à l’une des plus larges métropoles de la province, en passant devant le siège social d’Hydro-Québec!

Quelques moments forts en émotions ont jalonné la course d’Eby. Mes souvenirs préférés incluent la distribution de prospectus alors qu’Eby courait à côté d’un convoi de bicyclettes la suivant dans la descente de Côte-des-Neiges; observer Courtney de la radio communautaire CKUT s’élancer comme une flèche en dehors de la station de radio avec ses chaussures qui n’étaient même pas lacées pour bondir à côté d’Eby pour un entretien « courant »; et une épiphanie lorsqu’Eby a tourné vivement le coin de l’avenue du Parc sur René-Lévesque et s’est aventurée dans un fourré d’appareils photo des médias.

Malgré des prévisions météorologiques de mauvais temps, le ciel s’est en fait éclairci lors de notre brève manifestation en face d’Hydro-Québec remplie de coups de sifflet claironnants, de ballons et d’un mégaphone; manifestation qui a attiré quelques 20 personnes.

Absence notable dans notre comité d’accueil, bien que présent dans l’esprit de tous, le premier ministre Jean Charest, sans l’insistance aberrante de suivre une politique énergétique démodée du style des années soixante-dix duquel, ce marathon n’aurait pas eu lieu. Dans une déclaration de principe qui a été dévoilée l’année dernière et qui est connue sous le nom du « Plan Nord », Charest a annoncé son intention de produire 8 000 nouveaux mégawatts de capacité électrique, en construisant des barrages sur la Côte Nord. Ce dernier s’est cependant bien tenu de dresser une liste des rivières spécifiques sur lesquelles ces barrages seraient construits. Si tant la Romaine que la Petite Mécatina, tel que Charest l’a suggéré, sont harnachées, la capacité électrique qui en résulterait n’atteindrait en tout que 3 000 mégawatts. D’où viendront donc les 5 000 mégawatts supplémentaires? Les Québécois méritent d’être informés quant à la stratégie énergétique à long terme adoptée par le gouvernement. Une stratégie transparente qui se fonderait sur plus que des allusions et ce, afin que les québécois puissent prendre une décision éclairée quant au soutien ou non de cette stratégie.

Jean Charest devrait également répondre aux questions relatives au processus de révision environnementale public du BAPE (Bureau des audiences publiques en environnement) et, plus spécifiquement, afin d’expliquer pourquoi son gouvernement a toléré un arrangement selon lequel il revient au promoteur du projet, et non à une tierce partie neutre, la tâche d’écrire l’étude d’impact pour ces projets d’envergure tels que les projets de barrages hydro-électriques. Il devrait également dévoiler et expliquer en termes scientifiques ce que signifie l’assertion selon laquelle les projets hydroélectriques d’envergure, tels que les quatre barrages proposés sur la rivière Romaine, sont de l’énergie verte. Puisque tout le monde, même un premier ministre récalcitrant, mérite une chance de se défendre, l’Alliance Romaine a écrit une lettre invitant Jean Charest à un débat télévisé public concernant le bien-fondé du projet de la Romaine, lequel se tiendra le 4 octobre prochain lorsque l’Alliance Romaine atteindra la ville de Québec. En procédant ainsi, nous désirons encourager une culture au terme de laquelle la politique énergétique et les autres questions d’importance feraient l’objet d’un débat public minutieux et d’une analyse rigoureuse afin que la meilleure option soit adoptée par le gouvernement.

Bien que Charest n’ait pas encore répondu à notre défi, nous avons un allié à l’Assemblée Nationale en la personne du député de Mercier, du parti Québec Solidaire, Amir Khadir. Ce dernier a soutenu les efforts de l’Alliance Romaine dans sa campagne et nous espérons que dans les jours qui viennent Amir Khadir sera capable d’utiliser la période de questions afin d’encourager Charest à tenter de se justifier publiquement.

Alors que ces lignes sont écrites, l’Alliance Romaine continue son marathon vers l’est avec l’objectif d’atteindre la rivière Romaine le 18 octobre. Au cours de ce marathon, nous cherchons à promouvoir huit demandes incluant :

h un arrêt de la construction des quatre barrages sur la rivière Romaine;

h un moratoire sur la construction des projets d’envergure de barrages hydro-électriques;

h la fin des subventions énergétiques versées aux grandes entreprises, telles que la vente de l’électricité en dessous de son coût réel;

h une réforme et une démocratisation du processus de révision environnementale publique (le « BAPE »).

Si vous désirez nous aider dans notre campagne ou pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous écrire à info@allianceromaine.org.

Nos vœux les plus chaleureux à tous.

Chris, avec l’équipe du marathon de l’Alliance Romaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :